Rencontre avec Diego Prado

Prado
Al cielo
Diego Prado
Argentine – 2011- 1h24

Regards éclairés sur la production particulière et originale du film Al cielo par Diego Prado, réalisateur, et Nadia Estebanez, productrice du film.

Parlez-nous de la naissance du film…
N.E. Durant le festival de cinéma indépendant de La Plata, la section Festifreak produce a récompensé le scénario de María Eugenia Cortajerena et c’est Diego Prado qui a été désigné pour porter à l’écran ce projet et se l’approprier. En général, le directeur écrit et dirige son film. L’originalité de ce festival provient de la volonté de croiser ces deux éléments, pour permettre à différentes personnes de se rencontrer et de partager. À ma connaissance, le fonctionnement de Festifreak produce est unique en Argentine.

Quel est votre ressenti sur cette première expérience de long-métrage ?
D.P. J’ai vraiment apprécié. Il y a beaucoup d’éléments dans ce film auxquels je m’identifie : l’adolescence, la musique… Ce qui m’a permis de m’approprier totalement le scénario. C’est vrai que de passer du court au long-métrage a été un changement, mais j’ai été entouré par tous les membres de Festifreak produce. Le travail en équipe s’est révélé être une expérience géniale et a beaucoup facilité l’élaboration du film. Et en tant que réalisateur, j’ai été libre de modifier, adapter ou couper des scènes selon ce que je ressentais.

D’où cette manière de se focaliser sur Andrés ?
D.P. On a voulu retranscrire les mouvements de cet adolescent comme si la caméra était son ombre, de manière introspective, pour se rapprocher de lui. Ce qui pourrait expliquer un certain mouvement flou dans le film, qui surgit de cette volonté de ne pas perdre cette proximité avec Andrés.

Et l’adolescence dans tout cela ?
D.P. L’idée était de fouiller l’étape de l’adolescence, une période de crise où le jeune se confronte à l’ordre établi. Tout un chacun passe par cette étape de recherche et de découverte de soi. Malgré cette approche universelle, j’ai voulu que La Plata soit au cœur de ce film : les paysages urbains, les acteurs, la musique, la réalisation… dans le but de donner un regard neuf sur cette thématique.

Laure et Pauline

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

La curiosité et l’excitation se lisent dans les yeux du jeune réalisateur argentin. C’est en effet la première fois que Diego Prado présente officiellement son long-métrage. C’est le début d’une belle aventure qui se profile avec à l’horizon sa participation au festival BAFICI de Buenos Aires.

Les commentaires sont fermés.