Rencontre avec Alejandro Fernández Almendras

Fernandez

Sentados frente al fuego est le nouveau film du réalisateur chilien, Alejandro Fernández Almendras, découvert avec son premier long-métrage Huacho. Avec ce drame intimiste se déroulant à la campagne au rythme des saisons, le cinéaste nous raconte, en un pari risqué, une histoire d’une malade en phase terminale, du point de vue de l’accompagnant. « Ce qui m’intéressait », explique Alejandro Fernández Almendras, « était de présenter la maladie comme un événement nous révélant une partie de la condition humaine qui n’est pas toujours la plus généreuse. »


D’après le cinéaste, la littérature ou le cinéma tentent souvent d’adoucir la maladie « comme si, au fond, elle avait pour mission de nous apprendre quelque chose, de nous faire comprendre quelque chose ou de nous aider à grandir. Je crois plutôt que la maladie existe simplement comme une détérioration normale du corps, un assaut naturel, même si ce n’est ni juste ni agréable. » Toutefois, Sentados frente al fuego est, avant tout, une histoire d’amour, « mais d’amour imparfait », précise le réalisateur, « dans la mesure de ce qui est humainement possible ». Le film parle d’un homme commun, Daniel, qui aime une femme, Alejandra, « et qui essaie de rester à ses côtés, de prendre soin d’elle et de préserver en même temps leur sentiments des ravages de la maladie ».
Malgré sa sélection aux festivals internationaux de San Sebastián (section Nuevos directores) et de Toronto, Sentados frente al fuego n’est pas encore sorti en salles au Chili. « Malheureusement, le circuit commercial au Chili est très difficile avec les films nationaux, même si en ce moment il y a une production très intéressante. Jusqu’à maintenant, il n’a pas été possible de créer un circuit alternatif qui permette de projeter les films ne cherchant pas le succès à tout prix ou n’ayant pas de gros budget de communication, afin qu’ils puissent rester plus de temps en salles et susciter l’intérêt des spectateurs. » Toutefois, Alejandro Fernández Almendras espère que le film sera bien accueilli par le public. « Je sais que ce n’est pas un film facile à regarder ni très commercial, mais je crois qu’il est en bonne connexion avec le spectateur, du moins, je le souhaite. »

Paula Oróstica

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Le titre du film d’Alejandro Fernández Almendras, Sentados frente al fuego, est inspiré du poème du célèbre poète chilien Jorge Teillier : « Cette saison est la même que nous avons découvert ensemble/ il tombe encore une goutte, brille le cerisier après la pluie/ mais nos ombres rendues tremblantes par les flammes/ vivent plus que nous.»

Les commentaires sont fermés.