Rencontre avec Pablo Aldrete

Aldrete
Río de oro
Pablo Aldrete
Mexique-2011-1h50

Un conflit historique, une réalité actuelle et une plaie qui ne s’est toujours pas refermée. Voici le tableau que dresse Pablo Aldrete dans son deuxième long-métrage, Río de oro. La toile de fond dessine un triptyque d’acteurs : les Apaches, héritiers de ces territoires qui s’étendent à perte de vue ; les Mexicains criollos, exploitants et maîtres des lieux ; et les Américains, nouveaux conquistadores de l’Ouest, assoiffés d’espaces et de richesses. Le réalisateur entrecoupe des images panoramiques de la Pachamama par des scènes où les trajectoires des personnages se croisent sans pour autant que des dialogues se nouent. Amoureux de ces paysages sauvages, Pablo Aldrete montre à quel point « cette terre si belle a été abîmée par de nombreux conflits sanglants entre ses habitants, à cause de leur incapacité à se connaître et à se comprendre. Une certaine peur de l’autre, vu comme un ennemi. »

Si le scénario et les lieux du tournage se prêtent au genre du western, le cinéaste a également souhaité intégrer un angle d’approche documentaire à son œuvre. Quatre années d’investigation et de voyages lui ont été nécessaires pour établir des liens de confiance avec les Apaches, lui permettant de retranscrire le plus fidèlement possible leur culture, leurs croyances mystiques et leur quotidien au travers de sa fiction.
En ce sens, le cinéaste passionné, reconnaît ne pas être totalement partial dans son travail de par ses racines et son engagement : « cette thématique m’intéresse beaucoup, moi qui suis mexicain, cela fait partie de moi ». Et pour cause, cette fracture sociale reste toujours d’actualité en Amérique. Des peuples marginalisés, une incompréhension mutuelle, des politiques publiques inefficaces… Un retour vers le passé pour mieux comprendre la réalité de la société mexicaine.
Et si on lui demande la visée de son film, Pablo Aldrete répond, en toute modestie : « ces peuples ont quelque chose de grandiose et nous devrions nous aider mutuellement. Je ne sais pas comment peut se faire une intégration saine, j’espère juste qu’avec le temps les personnes deviendront plus humbles et plus humaines! ».

Laure et Pauline

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Les Apaches n’apprécient guère être dénommés ainsi. Apache provient du langage yaquis signifiant ennemi. Il était utilisé pour désigner ce peuple ennemi des Yaquis. Les Yaquis conquis, ce terme a été repris par les Espagnols, pour désigner tous les autres peuples (PatasMayosChericagua …).

Les commentaires sont fermés.